Les cou(il)lisses d’Ayurmen

Ayurmen 30ansenbeauté

Ça a pas mal buzzé et fait mâââle sur la Planète Beauté, mais aussi souri sur les ondes autour du lancement de ce sérum anti-âge pour les parties intimes de nos hommes. Quand Louis Jourdain, son fondateur, m’a contactée, je me suis dit qu’à défaut de réaliser un test comme à l’accoutumée, je pourrais peut-être vous donner plus de détails sur les coulisses de ce lancement en réalisant une petite interview…

Louis Jourdain, qui êtes-vous ?

Je pratique les soins naturels depuis plus de 20 ans. Après l’étude approfondie des plantes et des huiles essentielles, j’ai complété mes connaissances auprès de praticiens de culture et d’horizons différents. En Chine, je me suis formé à l’énergétique Taoïste et au Qi Gong, cela dans les années 80. La rencontre avec des soignants Tibétains m’a conduit à une longue réflexion sur l’interdépendance des éléments naturel et leurs articulations.

Comment de naturopathe, en arrive-t-on à l’idée de lancer un produit cosmétique pour l’intimité masculine ?

Je suis naturopathe appliquant une philosophie et une science ayurvédiques. Dans cette discipline, l’homme tout entier est envisagé dans son tempérament sans coupure entre le corps et l’esprit. Le corps humain n’est pas conçu comme un système d’organes selon la tradition occidentale, mais comme un faisceau d’énergies fluides qui se diffusent à travers le réseau très ramifié du corps. Ainsi, la naturopathie, la psychosomatique, les techniques corporelles, les soins d’hygiène, bains et massages en constituent-ils une part importante. La tradition ayurvédique s’est donc muée en différentes professions dont la mienne que j’exerce en cabinet.

L’idée de s’intéresser « aux parties intimes » des hommes puisqu’il faut bien nommer les choses, est venue tout naturellement de ma pratique ayurvédique. C’est une partie du corps comme une autre, très souvent oubliée dans les soins…par pudeur, par tabou ou au contraire dans une dérive pornographique en Occident.

Ce n’est pas le cas dans d’autres philosophies qui possèdent en commun avec l’Ayurvéda un fond très ancien de connaissances anatomiques. Ritualisées à l’extrême, ces soins ne sont pas « transportables en l’état » en Occident mais peuvent tout de même être initiés dans nos sociétés.

Ce produit demeure cependant perçu sur la toile comme un gadget ou un canular…

C’est le propre de la Toile d’intéresser d’abord les rieurs, c’est ce qui fait son charme ! Quant à lancer des canulars, c’est aussi sa spécificité puisque les internautes ne risquent rien ou pas grande chose.

Pour l’instant, la société Vedacosmétique communique sans agence ni relations de presse. En d’autres termes, je m’occupe de tout dans l’entreprise. Avant ce buzz, des contacts avec le monde de la mode et de la beauté m’ont encouragé dans le projet.

La peau masculine a des caractéristiques propres parmi lesquelles on peut rappeler une sécrétion séborrhéique importante et un système pileux développé, ce qui génère des pollutions particulières. Quant aux testicules, aucun homme n’ignore que c’est une zone soumise à des irritations liées aux vêtements, à des activités sportives, à des positions assises de longue durée qui conduisent à un flétrissement et à un vieillissement prématurés de la peau particulièrement fine à ce niveau.

Ce vieillissement provoque une déficience en nutriments, interférant avec le processus naturel du renouvellement de l’épiderme et se manifeste par une perte d’élasticité et de fermeté. C’est pour répondre à ces agressions cutanées que j’ai conçu ce produit.

À qui s’adresse donc ce produit, puisque vous dites aux Grosses Têtes avoir réalisé une étude de marché ? Les hommes sont-ils si nombreux à vouloir « protéger leurs parties intimes des agressions cutanées »?

À des hommes qui ont une autre philosophie de la vie et de leurs soins corporels même si cela peut paraître… factice.  J’ai conçu un produit, à partir de réels besoins de bien-être exprimés dans mon cabinet mais aussi auprès d’autres praticiens d’horizons différent du mien, ainsi que dans des sondages et études de marché. On ne se trouve pas dans le « paraître » mais bien dans « l’être ».

Le concept validé, vous auriez passé 3 ans dans la recherche et le développement du produit. Concrètement, comment avez-vous procédé ?

J’ai demandé à un laboratoire de réaliser un sérum-crème à partir d’une composition personnelle secrète. La formule figure sur le flacon et a été déposée auprès de la propriété industrielle. Il nous a fallu beaucoup de patience et de persévérance pour mettre tout cela au point.

MANSINTIMITY VISUbody web 510x340 Les cou(il)lisses dAyurmen

Plusieurs essais ont été nécessaires. Les tests cutanés se sont déroulés sans problèmes. Nous avons dit OUF!!! Imaginez s’il avait fallu tout recommencer. Et puis il y a le choix du flacon pompe, le packaging, l’étui, les couleurs, le logo, les textes.

Les peptides d’or comme ingrédient phare : est-ce pour faire un clin d’œil à la fameuse expression, ou un réel bénéfice pour cette zone ? Pourquoi ce choix ?

L’or est un métal associé au masculin.  L’Or, métal solaire sexué, source de vie, dispense aussi une influence bénéfique sur les hommes en concentrant leurs énergies.

MANSINTIMITY VISUgold web 510x241 Les cou(il)lisses dAyurmen

L’or amplifie la formule anti-âge et nous savons tous les effets de l’or sur la peau.

Est-ce les peptides qui justifient le prix élevé de ce produit ? Ou d’autres ingrédients ou procédé ?

Les ingrédients choisis pour ce sérum sont rares, précieux et de grande qualité. La sélection de la qualité des ingrédients a pris beaucoup de temps et a été associée à celle des sources et à des valeurs de l’éthique. On ne fait pas n’importe quoi avec le vivant.

La botanique Indienne est riche et les indications pour une plante sont très souvent multiples. Elles sont aujourd’hui validées par de nombreux scientifiques à travers le monde : Aswaghanda pour les actifs toniques, Amalaki pour les actifs anti-oxydant, Centella asiatica aux vertus apaisantes.

De plus, les ingrédients ont été volontairement conditionnés dans une version soins cosmétique « luxe » pour éviter les dérives dont vous faites part.

Si votre mission est d’amener les hommes à commencer à prendre soin de cette partie du corps et à tester votre produit, ne pensez-vous pas que le prix est tout de même dissuasif ?

Tous les sérums-crême sont chers, même quand ces produits sont commercialisés par la grande distribution. Voyez le prix du sérum au caviar pour les femmes par exemple…

Si ce sérum parvient à trouver son public, avez-vous déjà envisagé d’autres développements autour de cette partie du corps ?

Il s’agit pour le moment de créer une gamme de soins masculine dans un esprit différent. On verra par la suite.

Merci Louis Jourdain ! Et moi, j’en pense quoi ?

Ce lancement est surprenant mais pas tant que ça, quand on pense à quel point on segmente le corps aujourd’hui. Les cosmétiques s’adressent de manière spécifique à chaque partie de notre corps, et quand ce ne sont pas les cosmétiques, c’est la chirurgie esthétique. Et les zones intimes ne sont pas en reste à ce niveau. Je pense donc qu’il y a une place pour ce produit sur le marché. Mais en France ???

Mais il existe encore beaucoup de freins à son utilisation. Même si croissance  du marché il y a, nos hommes ne sont pas si nombreux que cela à prendre soin avec des cosmétiques de leur visage, et encore moins de leur corps. Transposer une tradition ayurvédique en un soin holistique très ciblé auprès d’hommes, qui envisagent le soin un son angle pragmatique, est un immense challenge, et un travail de sensibilisation sur la durée. Le produit y parviendra-t-il, quand on sait que tant de nouveautés meurent dans les 3ères années ?

Aussi l’aspect hygiène-sécurité est crucial pour ce type de produit. Même s’il est composé majoritairement d’ingrédients naturels et que des tests ont été réalisés dans le cas d’Ayurmen, il est tout à fait légitime de se demander si c’est tout à fait « safe » d’appliquer ce sérum sur cette zone, sujette justement à bien des tracas. Je n’imagine pas trop le mec demander conseil au pharmacien ou à une vendeuse à ce sujet. Mais qui sait, on y viendra peut-être ???

Et vous, que pensez-vous de ce lancement ?

Crédit photo : Veda Cosmétique
loading Les cou(il)lisses dAyurmen hellocoton Les cou(il)lisses dAyurmen

6 commentaires

  1. Ca me fait toujours sourire lorsque je vois ce produit quelque part ! Je vais faire bref car j’ai déjà dit ce que j’en pensais pour ma part mais je partage ton opinion : lorsqu’on sait que le marché de la beauté homme est très difficile et que rien que les ventes de soin du visage ont du mal à progresser, je ne suis pas du tout convaincu par la chose d’un point de vue marketing. J’en ai parlé à pas mal de potes, de collègues et tous trouvent ça ridicule, je ne sais pas quelle étude de marché a validé le produit ! Mais peut-être que finalement, ce Monsieur dont l’intention est certainement louable est simplement trop en avance sur son époque. Qui sait ce qu’il en sera dans 20 ans !

  2. @PlanèteBeauté: tiens je lisais encore hier dans la biographie d’Helena Rubinstein que la « Madame », comme elle voulait qu’on l’appelle, avait lancé dans les années 50 une gamme de soins pour hommes. Pionnière sur bien des produits et service beauté, elle avait cependant du renoncer au développement de cette catégorie. Trop en avance sur son époque !

  3. Completement d’accord avec Planete-Beaute. Toutefois, des hommes, sans doute plus qu’on ne pense, doivent utiliser ce type de produit mais de la a l’avouer, c’est une autre histoire…
    Bien trouve le titre de ton article Chris ;-)

  4. C’est clair que je trouve ça aussi ridicule parce que je pense que ce n’est pas le « moment » pour ce genre de produits !
    Comme dit Planète Beauté je pense que le produit pourra avoir sa clientèle, mais, dans quelques années.

  5. @BySophie: hi hi hi, tu me rassures, tu es la 1ère à le faire remarquer!
    @Entrenoussoitdit: il faut espérer pour la marque qu’elle aura les reins suffisamment solides pour tenir jusque là !

Laisser une réponse