Special Beyond Beauty : Lacrèm, le soin de luxe anti-âge

Luxury_face_fond_perle_vue1
3e4ab15aaeac981fb142a2d614e4aba9 Special Beyond Beauty : Lacrèm, le soin de luxe anti âge Deuxième interview pour ce Special Beyond Beauty. Cette fois, c’est l’incoyable histoire d’une jeune femme devenue à seulement 22 ans Directrice Générale d’une nouvelle marque de cosmétique suisse de luxe et hautement technologique. En partenariat avec un chirurgien plasticien célèbre et auprès de ses parents, elle est en charge du développement d’une ligne anti-âge lancée en mars 2007 s’adressant aussi bien aux femmes qu’aux hommes à la recherche de soins efficaces pour prévenir et accompagner leur traitement anti-âge. Comptez entre 100 et 150 euros le pot de crème.
Suite à notre rencontre au Zoom Beyond l’an passé, j’ai donc voulu savoir comment cette marque s’est développée depuis. Faisons donc connaissance avec Jennifer Badoux.

Jennifer, pourriez-vous vous décrire en quelques phrases ?

Je suis une jeune femme de 22 ans qui a reçu récemment son Bachelor en Business et Administration avec mention. Je suis actuellement la directrice générale de la société Lacrem Swisscosmetics SA. Malgré mon jeune âge, j’ai la chance de pouvoir relever ce défi dont je rêvais depuis petite. Heureusement, je suis plus que soutenue par ma maman, Caroline Présidente du Conseil d’Administration ainsi que créatrice de la société. Elle me donne de nombreux conseils et le fait par de son expérience afin que je puisse développer la société dans les meilleures conditions possibles. Elle est mon modèle de femme d’affaire !

6564ea112ca144dd44a955a3ad61e6df Special Beyond Beauty : Lacrèm, le soin de luxe anti âge

Quand et dans quel contexte est née la marque Lacrem ?

L’idée de développer une société cosmétique est née lors d’un repas convivial entre mes parents et le docteur Jean-François Emeri, ami d’enfance de mon père. Lors de cette soirée, le docteur Emeri a émis son regret de ne pouvoir offrir à ses patientes, ainsi qu’à toutes les femmes, une ligne de crème qui serait plus qu’appropriée pour elles. C’est dans ces conditions que la société Lacrem Swisscosmetics SA est née. Mes parents, grands entrepreneurs, ont alors décidé de développer Lacrem des Crèmes avec lui.

Pourquoi avoir été présente au salon Beauty Beyond en octobre 2008?

Le milieu de la cosmétique étant très compétitif, il est important pour nous de faire savoir aux clients et aux concurrents notre existence dans ce secteur. Le salon Beyond Beauty était une grande opportunité qu’il ne fallait pas manquer.

Quel a été le chemin parcouru depuis votre présence au Beyond Beauty?

Le chemin parcouru depuis Beyond Beauty a été incroyable. De nombreuses opportunités nous ont été offertes, et par la suite, Lacrem Swisscosmetics SA a pu étendre ses marchés exports dans de nombreux pays.

Quels sont aussi les obstacles professionnels et personnels que vous avez rencontrés dans tout ce cheminement ?

Tout d’abord, les obstacles personnels ont été la conjugaison de la fin de mes études d’université avec les obligations que les fonctions d’un directeur général demandent. Mais comme expliqué auparavant, j’ai reçu tout le soutien de mes parents afin de pouvoir faire en sorte de réussir mes études et de travailler dans la société dans les meilleures conditions qui soient.
Les obstacles professionnels rencontrés sont les difficultés que toutes start-up vivent lors de leur développement. Malgré tout, et malgré la situation économique actuelle, la société se développe de manière rapide et réussit à se faire une place dans un secteur qui est plus que saturé.

Comment se distingue Lacrèm des autres marques de soin suisses de renommée?

Lacrem Swisscosmetics SA étant une petite société, elle est plus encline à être flexible et à avoir185f3e5e5dbecb73d6a4f4363612f33c Special Beyond Beauty : Lacrèm, le soin de luxe anti âge une exécution plus rapide que les grandes entreprises. De plus, Lacrem fait évolue dans les produits de marché de niche, ce qui n’est évidemment pas le cas de la plupart des autres marques suisses.


Est-ce que le « Swiss Made » est-il toujours un argument très fort dans les cosmétiques?

Le Swiss Made est un gage de qualité et de sécurité pour tous nos consommateurs, en particulier nos consommateurs étrangers, tels que les Russes et les Ukrainiens. La charte Swiss Made est une garantie sûre et valable des ingrédients utilisés dans nos produits et dans leur production.


Que pensez-vous des blogs beauté
?

Je pense que les blogs de beauté sont une aide précieuse pour tous les consommateurs. Tout d’abord, les blogs donnent une sécurité de plus sur les produits en ayant été testés à de nombreuses reprises sur un panel de personnes objectives. De plus, ils offrent un lien avec les consommateurs que les grandes entreprises de cosmétiques ne peuvent pas donner.

Quel message souhaiteriez-vous passer aux lectrices de 30ansenbeauté?

Je souhaite à vos lectrices que chacune d’entre elles puissent trouver le produit qui leur conviennent le mieux et qu’elles n’oublient pas que certaines sociétés développent des produits de haut de gamme et mettent leurs moyens financiers dans ce développement alors que d’autres utilisent leurs moyens financiers dans la publicité et le marketing qui sont souvent de la poudre aux yeux.
En conclusion, qu’elles n’hésitent pas à dénicher des produits spécifiques, qui j’en suis certaine, leur permettront de s’épanouir dans leur beauté naturelle.

Merci Jennifer pour votre témoignage!

Il y a 10 ans, j’étais encore tout jeune stagiaire en marketing en année césure. Jamais je ne me serais vue alors DG, j’avais trop envie de continuer les études et de faire la fête!!! Je dis chapeau à Jennifer car cela ne doit pas être tous les jours facile d’endosser à cet âge tant de responsabilités, même si c’est grisant!

Je suis tout à fait en ligne avec son conseil de trouver le produit qui nous correspond tout à fait, à condition d’avoir le temps et l’argent à consacrer à cette recherche! Qu’en pensez-vous?

loading Special Beyond Beauty : Lacrèm, le soin de luxe anti âge hellocoton Special Beyond Beauty : Lacrèm, le soin de luxe anti âge

7 commentaires

  1. andara

    Je ne connaissais pas cette marque … Pour le moment, j’ai trouvé deux marques qui me conviennent pour mes soins, donc j’essaie de m’y tenir :-)

  2. Les chroniques d'une blonde

    Quel beau parcours pour cette très jeune femme.

  3. Fleur de cerise

    En effet ça n’a pas du être simple de passer son diplôme et d’être directrice de la marque en même temps, je suis admirative !

  4. @andara: tu as bien raison, si ces 2 marques te donnent satisfaction! Pour ma part, je reste fidèle le temps de tester et de finir le pôt (quand même sinon ce serait un vrai gachis et irrespect)
    @leschroniquesduneblonde: oui, et on peut tout à fait s’imaginer que le meilleur reste à venir pour elle, car le développement semble bien parti aux US.
    @fleurdecerise: c’est évidemment pas mal de sacrifices, notamment sur la vie estudiantine. je me dis que quand tu commences une activité en parallèle de tes études, tu ne vois pas les cours sous le même angle. Tout semble plus passionnant, tu deviens avide de savoir. C’est dommage en France que l’apprentissage ou l’alternance ne soit pas suffisamment valorisé/répandu. Tout prend plus de sens quand les 2 interagissent.

  5. Sonia-FashionBox

    Et bien quel parcours pour cette jeune femme de « seulement » 22ans!!!
    J’ai bien eu ton mail ma jolie, je répond très vite!! Bisous!

  6. @sonia: oh tu es un amour! merci pour ton commentaire!

  7. Anonymous

    bonjour,

    Comment est-il possible d’être en année de césure à 12 ans ?

    cf: « Il y a 10 ans, j’étais encore tout jeune stagiaire en marketing en année césure. « 

Laisser une réponse